Nous contacter Documentation Candidature

ACTU IFAG : Entreprises, pour surmonter la crise faites le pari des soft skills

Le confinement causé par la pandémie de Covid-19 a eu un impact fort sur le télétravail. A tel point, estime Thibaut Champey, directeur général de Dropbox France, que ce qu’on appelait hier « futur du travail » est devenu le présent du travail. Comment pérenniser pour le meilleur ses nouveautés plus ou moins improvisées ?

Alors que le coût humain du coronavirus continue de susciter la sidération, ses conséquences économiques laissent présager une profonde transformation de l’économie. Comme toutes les crises, celle-ci est un révélateur des besoins d’évolution de nos structures actuelles.

LE FUTUR DU TRAVAIL S’ÉCRIT AU PRÉSENT

Mais tandis que le bilan de l’action publique sera tiré bien plus tard, les entreprises peuvent déjà faire un premier constat : ce que l’on appelait le « futur du travail » est désormais une affaire de présent. Pour sortir par le haut, les entreprises doivent adapter leur culture du travail, en pariant en particulier sur les « soft skills » de leurs collaborateurs.

Le coronavirus a pulvérisé les habitudes des entreprises, qui ont dû s’adapter plus ou moins bien à travailler avec des collaborateurs dispersés géographiquement sur des périodes longues. Dans ce contexte de pandémie, nous ne pouvons plus travailler comme avant. Peu à peu, les dirigeants réalisent que tout cela va au-delà du télétravail, et qu’il s’agit d’une toute autre manière de collaborer professionnellement, complètement décentralisée. Le bon mot du moment est que le Covid-19 est à présent le principal moteur de transformation digitale de l’entreprise.

Même déconfinées, les entreprises doivent compter sur la flexibilité et l’agilité de leurs équipes, leur autonomie, et leur capacité à bien collaborer pour maintenir l’activité. Pour cela, elles devront réfléchir à de nouvelles façons de les engager. Nul doute que ces critères seront désormais primordiaux dans tout recrutement ou évaluation de performance.

L’heure des soft skills ?

Or ces « soft skills » sont mal connues des salariés français : selon une récente étude OpinionWay*, seuls 20% affirment savoir ce dont il s’agit, mais le concept est toutefois connu de 42% des managers. Ces compétences ne sont pas toujours prises en compte dans l’évaluation de la performance, alors que la situation que nous vivons actuellement révèle leur importance pour permettre à une entreprise de maintenir son activité. Les salariés demeurent méfiants et redoutent une évaluation injuste. A raison, comme le souligne le sociologue Dominique Turcq : « Leur évaluation peut devenir une évaluation non pas de l’adéquation entre les soft skills et le modèle de l’entreprise mais d’une estimation de l’adéquation entre une personne (personnalité) et ceux qui l’évaluent, et cela ouvre la porte à tous les abus ». Si l’on n’y prend garde, l’évaluation mutuelle, qui crée de nouvelles attentes, pourrait aussi créer de nouveaux jeux de pouvoir.

Définir les soft skills est déjà une gageure. On perçoit facilement que la bienveillance, la créativité, ou la collaboration sont des exemples réels de compétences dépassant le cadre du savoir-faire technique. Mais une liste à la Prévert n’a jamais fait une définition. Telle étude pourra en lister une dizaine, telle autre une douzaine. L’important n’est pas de savoir ce qu’elles sont, mais lesquelles correspondent à la culture de l’entreprise. Favorise-t-on l’esprit d’équipe ? La ténacité ? L’humilité ? A chaque entité de décider ce qu’elle recherche, pourvu que cela soit transparent et raisonnable.

Quand l’accessoire d’hier devient le nécessaire d’aujourd’hui

Les défis ne seront pas les mêmes selon l’entreprise : sa taille, le degré de rigidité de sa culture, son secteur d’activité, sont autant de contraintes ou d’avantages pour exercer ces soft skills. La crise va être un révélateur des forces et des faiblesses de chacune. Elle rend nécessaire aujourd’hui ce qui était accessoire hier.

Les soft skills seront les nouveaux besoins prioritaires des entreprises, malgré toute la méfiance que l’évaluation de ces compétences peut susciter. En matière de collaboration notamment, l’adoption massive d’outils collaboratifs faciles à utiliser ces dernières semaines montre bien que la plupart des entreprises qui auraient pu être préparées à de telles circonstances ne l’étaient pas. Des chercheurs d’HEC et de l’université Bocconi estiment d’ailleurs qu’il existe une corrélation entre la capacité d’une économie à adopter le télétravail pendant le confinement et l’impact de la crise sur son PIB**.

Comme tous les changements forcés, sa mise en œuvre commencera dans la douleur. Chaque entreprise doit désormais définir les compétences correspondant à sa culture et au sens de son action. Une chose est sûre : dans cette crise, personne ne pourra se contenter de demi-mesures en attendant de retrouver une normalité disparue. Comme le disait Churchill, « mieux vaut prendre le changement par la main avant qu’il ne nous prenne par la gorge ».Thibaut Champey, Directeur Général de Dropbox France

Source : Thibault Champey, « [Avis d’expert] Entreprises, pour surmonter la crise faites le pari des soft skills« , usinenouvelle le 23/05/20

Nos actus Toutes les actus

#LAN – 16 & 17 février 2019 CSGO et STARCRAFT

Votre team se sent imbattable ? Vous pensez pouvoir remporter le Cash Prize ?!?
Les portes de la Lan ouvriront le samedi 16 février à 11h pour que celle-ci commence à 13h et se terminera à 18h le dimanche et 17h pour les joueurs Starcraft.

Lire la suite

#Open campus by night Jeudi 14 mars 2019

Venez trouver TOUTES les réponses à TOUTES vos questions sur les études supérieures !

  • Comment se préparer à un entretien ?
  • Comment trouver une alternance ?
  • Quelles sont les formations qui ont la cote ?
  • Comment financer ses études ?
  • Quels sont les métiers qui recrutent ?
  • Comment réussir son CV et sa lettre de motivation ?
  • Comment bien choisir son école sup’ ?
  • Comment trouver un logement étudiant à Brest ?
  • etc.

Autant de questions auxquelles nos experts, professionnels, entreprises et écoles partenaires de l’événement répondront lors la soirée.

Lire la suite